Une circulaire nationale pour faciliter le versement des archives de l’éducation prioritaire

Le Service interministériel des Archives de France (SIAF) a publié le 21 juillet 2021 un texte de recommandations pour la gestion et la sélection des archives de l’éducation prioritaire.

https://francearchives.fr/fr/circulaire/DGPA_SIAF_2021_005

Cette circulaire a été envoyée à tout le réseau des Archives départementales. Ainsi, les préconisations recommandées pour le tri et la collecte des archives définitives serviront de base pour les futurs versements des réseaux d’éducation prioritaire mais également des instances déconcentrées du Ministère de l’Education nationale : rectorats, directions des services départementaux de l’Education nationale (DSDEN), inspections de circonscription, établissements classés. C’est en effet à tous les niveaux hiérarchiques ainsi que dans les collèges et écoles classés que se trouvent des traces de cette politique complexe.

Peu de réseaux ont conservé l’intégralité de leurs archives, il est très rare de disposer d’un fonds complet permettant de suivre les transformations de cette politique au plus près du terrain. La complémentarité des versements permet en revanche de disposer d’éléments utiles pour tout travail comparatif. Les perspectives ouvertes par l’accès à de nouvelles sources devraient ravir tous les étudiants et chercheurs.

L’éducation prioritaire dans les archives de la CFDT

L’idée de ZEP a été portée par le SGEN, en particulier par la commission socio-pédagogique, au début des années 1970. Devenue une politique éducative en 1981, l’éducation prioritaire a toujours été défendue depuis par ce syndicat et par la fédération. Les sources disponibles couvrent donc une longue période et se croisent avec la réflexion conduite sur l’échec scolaire et la démocratisation.

Les fonds recensés ici peuvent être complétés par les articles de presse.  

CFDT_Archives_EducationPrioritaire_Confederation-et-SGEN

Contact :

archives@cfdt.fr

Elise MAVRAGANIS

Responsable des archives interfédérales

01 56 41 50 12

47/49, avenue Simon Bolivar

75950 Paris cedex 19

Reprise compliquée du projet

De mars à mai 2020, tous les déplacements ont été annulés et le projet d’archivage n’a pu se terminer comme prévu en fin d’année scolaire 2019-2020.

La reprise ponctuelle en juin, puis plus dense en septembre et octobre, doit de nouveau s’interrompre avec le nouveau confinement.

De nombreux fonds sont prêts ou quasi prêts à être versés. Il reste cependant quelques réseaux où le processus de repérage est tout juste ébauché.

Le confinement retarde également la prise en charge des versements par les services d’archives départementales.

Il faudra certainement cette nouvelle année scolaire pour espérer boucler, dans notre échantillon d’académies, l’ensemble du processus d’archivage, du repérage des sources aux versements effectifs dans les AD.

Les archives du Centre Alain Savary sont consultables

Le Centre Alain Savary (CAS), créé en 1993, a déménagé à Lyon en 2003 avec son organisme de rattachement, l’Institut national de recherche pédagogique (INRP). Depuis janvier 2011, l’INRP est devenu l’Institut français de l’éducation (IFE), rattaché à l’école normale supérieure (ENS) Lyon. Pour connaître ses différentes missions, se reporter à http://centre-alain-savary.ens-lyon.fr/CAS.

Le CAS a versé ses archives au service archives de l’ENS Lyon où elles sont désormais classées et consultables. On y trouve les « inventaires des actions éducatives et sociales en milieux difficiles » (base DIF-ACT) mais également les traces du fonctionnement du centre (création, gestion financière, administration, réunions, groupes de travail), les publications, les recherches et formations conduites avec des chercheurs et enseignants associés. Un fonds important pour étudier dans la durée le pilotage et l’accompagnement des équipes travaillant en éducation prioritaire et au-delà.

Achives du CAS (ENS Lyon) (nov 2020)

Constitution d’un guide des sources de l’éducation prioritaire

Le projet national qui a débuté officiellement en 2016 à l’initiative de Lydie Heurdier et Jean-Yves Rochex (Université Paris 8, laboratoire CIRCEFT-ESCOL) s’est poursuivi dans les académies depuis deux années scolaires (2017-2018 et 2018-2019) et devrait s’achever en 2019-2020.

Une quinzaine d’académies ont été sollicitées pour participer au processus de repérage et de sauvegarde des archives conservées dans les réseaux d’éducation prioritaire. Lydie Heurdier assure ce travail de terrain et d’élaboration du Guide des sources.

La démarche est la suivante : contact avec les pilotes académiques et accord du recteur ; envoi des questionnaires ‘état des lieux’ aux coordonnateurs, et parfois également aux principaux et inspecteurs, pilotes des REP et REP+ ; une fois la synthèse des réponses établie, visite sur site pour  »expertiser » les archives ; rédaction d’un compte rendu de visite, envoyé à tous les acteurs concernés, y compris les archivistes départementaux, partenaires de la phase finale ; versements des archives des réseaux, à la préparation desquels il m’arrive de participer. Pour aider le coordonnateur à trier et classer les documents, le plan de classement est largement diffusé. Cette démarche exige de nombreux déplacements mais permet de mieux saisir les particularités de chaque réseau et d’accompagner les collègues peu familiers des questions d’archivage. Ce qui a été possible grâce à la subvention du CUIP (Comité universitaire d’information pédagogique).

Parallèlement, dans chaque département concerné, le projet est présenté au service des archives départementales. Un temps de travail en salle de lecture permet d’établir quelles sont les sources disponibles pour les chercheurs. La consultation de bordereaux de versement, plus ou moins aisée et fastidieuse, est complétée par celle de boites dont le descriptif du contenu est flou ou à la marge de l’éducation prioritaire. Lorsque peu d’archives versées sont explicitement libellées ZEP, REP ou éducation prioritaire, cas très fréquent, il faut élargir les sources, avec par exemple les procès-verbaux de conseils d’administration des collèges qui sont accompagnés d’annexes, d’indicateurs, de projets pédagogiques et de bilans. De même, dans les archives « politique de la ville » ou « réussite éducative », de nombreux éléments concernent les établissements classés et les actions entreprises.

Les sources proposées dans ce carnet de recherche n’épuisent pas l’ensemble de ce qui serait pertinent pour la rédaction d’une monographie, mais visent à fournir les principaux éléments utiles aux chercheurs, en particulier les débutants, peu familiers des archives et de la politique d’éducation prioritaire, politique éducative interdegrés et partenariale depuis 1981.

Au fur et à mesure des versements des réseaux, des écoles et collèges, ou des autorités de tutelle (inspection académique, rectorat, inspection de circonscription), une nouvelle version des fonds consultables dans les services d’archives départementales sera mise en ligne.

Pour chaque académie retenue, une carte des ZEP et des établissements classés a été établie à partir des annuaires nationaux disponibles depuis la première relance de 1990 et l’apparition de la prime de sujétions spéciales décidée par Lionel Jospin. Autrement dit, il n’existait pour les années 1980 aucune liste nationale des ZEP, et c’est seulement avec les documents trouvés dans les archives (nationales ou départementales) que la carte peut être progressivement complétée. L’hétérogénéité des classements est alors évidente, la part du rural également. Dans certains départements ou académies, la carte s’est peu modifiée depuis près de 40 ans, tandis que dans d’autres, les relances ont permis soit des sorties de ZEP soit de nouvelles entrées, parfois importantes. Une précision s’impose : le terme « carte » utilisé ici est celui en usage à l’Education nationale, mais il s’agit d’une liste ou d’un tableau qui retrace l’évolution des entrées et sorties. Seule l’académie de Guadeloupe présente de vraies cartes à ce jour.

Ce qui apparaît aujourd’hui est donc incomplet pour une majorité de territoires. Ce guide, accessible en ligne uniquement, est évolutif et a vocation à s’étoffer dans les années futures, contribuant ainsi à sauvegarder la mémoire et les traces des actions conduites auprès des populations considérées comme les plus défavorisées scolairement et socialement.

ARCHI-SHEP

La politique des zones d’éducation prioritaires (ZEP) a été créée en 1981 par le ministère français de l’Éducation nationale pour lutter contre l’échec scolaire dans les territoires concentrant le plus de difficultés sociales. Origine directe de la conception spécifiquement française des politiques publiques de discrimination positive, source de nombreuses innovations pédagogiques, cette politique, fortement décentralisée au moins jusqu’à 2006, souffre pourtant depuis 37 ans d’un manque de mémoire institutionnelle. Ce manque, dommageable aux plans politique, administratif, pédagogique et scientifique, nous a conduit à tenter de recenser tous les fonds relatifs à la politique française d’éducation prioritaire, à susciter le versement des fonds publics existant dans les rectorats, inspections académiques, inspections du premier degré ou établissements, ainsi que de possibles fonds privés, puis à élaborer un Guide des sources de l’éducation prioritaire en France numérique, évolutif et librement accessible en ligne.
Cet archivage de sources (papier et numérique) en partie inédites est aujourd’hui indispensable pour pouvoir poursuivre et développer l’étude scientifique de cette politique. En effet, l’historiographie, marquée par le point de vue national, privilégie l’élaboration des décisions au détriment des modalités de leur mise en œuvre. Rappelons que les ZEP ont été des lieux d’innovation pédagogique dont l’absence de mémoire institutionnelle a conduit à sous-exploiter les apports.
Au-delà de la connaissance de l’éducation prioritaire, c’est également l’histoire scolaire et sociale des territoires les plus déshérités, ainsi que celle de la scolarisation des populations les plus défavorisées socialement, des années 1980 aux années 2010, qui pourront être mieux appréhendées et comprises.

Ce carnet de recherche se propose de mettre à la disposition de tous, d’une part, les sources existantes dans les services d’archives (nationales, départementales, parfois aussi municipales), et d’autre part, les travaux de recherche conduits à partir de ces sources, tant par des étudiants de master ou des doctorants que par des chercheurs reconnus, en histoire, sociologie, science politique ou sciences de l’éducation.
Ce carnet est l’aboutissement du partenariat existant depuis 2015 avec les Archives nationales. Notre projet, adossé au laboratoire CIRCEFT-ESCOL de l’université Paris 8, soutenu par le ministère de l’Education nationale (DGESGO) et l’Observatoire des zones prioritaires (OZP), est financé uniquement par le CUIP (Comité universitaire d’information pédagogique).
Lydie Heurdier et Jean-Yves Rochex